Jump to main content

Publications in french

  1. Sciences et entropocène. Autour de Qu’appelle-t-on panser ? de Bernard Stiegler

    Sciences et entropocène. Autour de Qu’appelle-t-on panser ? de Bernard Stiegler

    EcoRev’


    Bernard Stiegler soulignait l’importance de la question de l’entropie, conduisant au concept d’entropocène. L’auteur introduit et illustre ce concept pour montrer sa pertinence d’un point de vue physique, biologique et social.

    Abstract

    En examinant le second tome de Qu’appelle-t-on panser (1), le théoricien de la biologie et épistémologue Maël Montévil, qui a collaboré avec Bernard Stiegler à la fois sur des questions théoriques et sur des expérimentations territoriales, s’arrête sur le rôle des sciences dans l’Anthropocène pour souligner leur difficulté à penser cette ère et, ce faisant, à prendre soin des vivants, humains et non-humains, des techniques et des sciences elles-mêmes. Stiegler soulignait l’importance de la question de l’entropie, conduisant au concept d’entropocène. L’auteur introduit et illustre ce concept pour montrer sa pertinence d’un point de vue physique, biologique et social. Ce faisant, il insiste sur la parenté mais aussi sur les différences entre ces phénomènes. Dans le cas des humains, les savoirs jouent un rôle central pour lutter contre l’entropie, et les sciences pourraient retrouver leur compte en contribuant au développement – urgent – de savoirs territoriaux.

  2. Le sens des formes en biologie

    Le sens des formes en biologie

    Biomorphisme


    Dans l’interface entre biologie et mathématiques, les formes et les processus de morphogenèse sont souvent étudiées pour eux-mêmes. Nous pensons que cette manière de procéder est insuffisante pour capturer le sens biologique de ces formes. La biologie comporte des spécificités qui se manifestent...

    Abstract

    Dans l’interface entre biologie et mathématiques, les formes et les processus de morphogenèse sont souvent étudiées pour eux-mêmes. Nous pensons que cette manière de procéder est insuffisante pour capturer le sens biologique de ces formes. La biologie comporte des spécificités qui se manifestent tant sur le plan philosophique que sur celui des principes théoriques : en particulier, tout processus biologique tel qu’un processus de morphogenèse ou une régulation physiologique (i) s’inscrit dans l’évolution et dans une histoire naturelle et (ii) s’intègre dans un organisme dont il dépend et auquel il participe. Nous aborderons alors le sens des formes biologiques à l’aune de ces principes, tant au niveau de la théorie qu’au niveau de la compréhension de l’accès expérimental aux objets biologiques.

    Citation
    Montévil, Maël. n.d. “Le Sens Des Formes En Biologie.” In Biomorphisme. NAIMA
    Manuscript Citation Full text
  3. Anthropocène, exosomatisation et néguentropie

    Anthropocène, exosomatisation et néguentropie

    Bifurquer. Il n’y a pas d’alternative


    L’économie industrielle a pris forme entre la fin du XVIIIe siècle et le XIXe siècle – d’abord en Europe occidentale puis en Amérique du Nord. Outre les productions techniques, elle aura conduit à des productions technologiques – mobilisant des sciences pour produire des biens industriels – : comme...

    Abstract

    L’économie industrielle a pris forme entre la fin du XVIIIe siècle et le XIXe siècle – d’abord en Europe occidentale puis en Amérique du Nord. Outre les productions techniques, elle aura conduit à des productions technologiques – mobilisant des sciences pour produire des biens industriels – : comme Marx l’aura montré en 1857, le capitalisme fait du savoir et de sa valorisation économique son élément premier.
    La physique de Newton et la métaphysique qui l’accompagne sont à l’origine du cadre épistémique (au sens de Michel Foucault) et épistémologique (au sens de Gaston Bachelard) de cette grande transformation – qui est la condition de ce que Karl Polanyi appellera lui-même « la grande transformation ». Dans cette transformation, l’otium (le temps de loisirs productifs) se soumet au negotium (les affaires du monde). Pendant ce temps, les mathématiques sont appliquées à travers des machines à calculer toujours plus puissantes et performatives – appelées computers après la deuxième guerre mondiale.
    Après des précurseurs tels que Nicholas Georgescu-Roegen, lui-même inspiré par Alfred Lotka, nous soutiendrons dans le présent ouvrage que l’économie politique, dans ce qui est appelé l’ère Anthropocène (thématisée en 2000 par Paul Krutzen, et dont les caractéristiques ont été décrites par Vladimir Vernadsky dès 19263) est un défi qui nécessite un réexamen fondamental de ces cadres épistémiques et épistémologiques.
    Avec Darwin, les êtres vivants sont devenus partie intégrante d’un processus historique en constant devenir. Chez l’homme, les savoirs sont une partie de ce processus qui est performative, au double sens de ce mot : à la fois au sens de l’efficience et au sens de la prescription. Ce processus devient exosomatique, c’est à dire extra-corporel, comme le montre Lotka, qui façonne et remodèle les modes de vie afin, notamment, de limiter les effets négatifs des nouveautés techniques.

    Citation
    Montévil, Maël, Bernard Stiegler, Giuseppe Longo, Ana M. Soto, and Carlos Sonnenschein. 2020. “Anthropocène, Exosomatisation et Néguentropie.” In Bifurquer. Il n’y a Pas d’alternative, 57–80. Les liens qui libèrent. http://www.editionslesliensquiliberent.fr/livre-Bifurquer-609-1-1-0-1.html
    Manuscript Citation Publisher Full text
  4. De l’œuvre de Turing aux défis contemporains pour la compréhension mathématique du vivant

    De l’œuvre de Turing aux défis contemporains pour la compréhension mathématique du vivant

    Intellectica


    Turing distingue l’imitation d’un phénomène de sa modélisation. En biologie, il n'y a cependant pas encore de cadre théorique pour encadrer la pratique de modélisation.

    Abstract

    Turing distingue soigneusement l’imitation de la modélisation d’un phénomène. Cette dernière vise à saisir la structure causale du phénomène étudié. En biologie, il n’y a cependant pas de cadre théorique bien établi pour encadrer la pratique de modélisation. Nous partons de l’articulation entre la compréhension du vivant et la thermodynamique, en particulier le second principe. Ceci nous conduira à expliciter les défis théoriques et épistémologiques pour la compréhension mathématique du vivant. En particulier, l’historicité du vivant est un défi rarement abordé explicitement dans ce domaine. Nous pensons que ce défi nécessite un renversement complet de l’épistémologie de la physique afin d’aborder de manière théoriquement précise les organismes vivants. Ce changement épistémologique est pertinent tant pour la pratique théorique que pour l’interprétation des protocoles et résultats expérimentaux.

    Keywords: anti-entropie, entropie, épistémologie, historicité, morphogenèse, Turing

  5. Entretien sur l’entropie, le vivant et la technique : Deuxième partie

    Entretien sur l’entropie, le vivant et la technique : Deuxième partie

    Links series


    Entretien entre B. Stiegler et M. Montévil sur l'entropie et l'anti-entropie dans l'étude du vivant et des techniques et les enjeux de l'Anthropocène.

  6. Entretien sur l’entropie, le vivant et la technique : Première partie

    Entretien sur l’entropie, le vivant et la technique : Première partie

    Links series


    Entretien entre B. Stiegler et M. Montévil sur l'entropie et l'anti-entropie dans l'étude du vivant et des techniques et pour les enjeux de l'Anthropocène.

  7. Analyses d’ouvrages : Franck Varenne, From models to simulations

    Analyses d’ouvrages : Franck Varenne, From models to simulations

    Revue d’histoire des sciences


    L’invention et le développement des ordinateurs a ouvert de nouvelles possibilités pour la modélisation. En physique, l’existence de théories mathématisées

    Abstract

    L’invention et le développement des ordinateurs a ouvert de nouvelles possibilités pour la modélisation. En physique, l’existence de théories mathématisées permet d’utiliser l’ordinateur pour calculer des solutions approchées à des problèmes déjà bien circonscrits théoriquement et épistémologiquement. En biologie, par contre, il n’existe pas de théorie jouant ce rôle épistémologique, et l’informatique a permis l’émergence de pratiques de modélisation combinant plusieurs cadres mathématiques. L’ouvrage de Franck Varenne porte sur ces pratiques novatrices, leur histoire et leur épistémologie, à travers le cas des simulations de morphogenèse d’arbres et plus généralement de plantes.

  8. Répétition et réversibilité dans l’évolution : La génétique des populations théorique

    Répétition et réversibilité dans l’évolution : La génétique des populations théorique

    Temps de la nature & nature du temps. Études philosophiques sur le temps dans les sciences naturelles


    La génétique des populations théorique décrit-elle des phénomènes réversibles? Que veut dire réversibilité et quel lien avec la notion de répétition?

    Abstract

    La répétitivité et la réversibilité ont longtemps été considérées comme des traits caractéristiques de la connaissance scientifique. Dans la génétique des populations, la répétitivité est illustrée par un certain nombre d’équilibres réalisés dans des conditions spécifiques. Étant donné que ces équilibres sont maintenus en dépit du renouvellement des générations (réarrangement de gènes, reproduction ...), on peut légitimement dire que la génétique des populations révèle d’importantes propriétés d’invariance par transformation. La réversibilité est un sujet plus controversé. Ici, le parallèle avec la mécanique classique est beaucoup plus faible. La réversibilité est incontestable dans certains modèles stochastiques, mais au prix d’un concept probabiliste particulier de réversibilité. Par contre, elle ne semble pas être une propriété de la plupart des modèles déterministes classiques décrivant la dynamique des changements évolutifs au niveau des populations. Nous distinguons plusieurs sens de la « réversibilité ». En particulier, la symétrie par inversion du temps ne doit pas être confondue avec la rétrodiction.

    Keywords: génétique des populations, répétition, rétrodiction, réversibilité

    Citation
    Gayon, Jean, and Maël Montévil. 2018. “Répétition et Réversibilité Dans l’évolution : La Génétique Des Populations Théorique.” In Temps de La Nature & Nature Du Temps. Études Philosophiques Sur Le Temps Dans Les Sciences Naturelles, edited by Christophe Bouton and Philippe Huneman, 315–42. CNRS éditions. http://www.cnrseditions.fr/philosophie-et-histoire-des-idees/7678-temps-de-la-nature-nature-du-temps.html
    Manuscript Citation Publisher Full text
  9. Big Data et connaissance biologique

    Big Data et connaissance biologique

    Sciences de la vie, sciences de l’information


    Que peuvent apporter les approches Big Data en biologie? Peuvent-elle être traitée de manière agnostique. Peuvent-elle remplacer la réflexion théorique?

    Abstract

    Certains auteurs affirment que l’analyse des grandes bases de données pourrait remplacer la méthode scientifique. A contrario, nous argumentons que la bonne manière de faire fructifier ces nouveautés techniques est de les encadrer théoriquement. En biologie, en particulier, il nous semble urgent de développer une théorie des organismes.

    Citation
    Longo, G., and Maël Montévil. 2017. “Big Data et Connaissance Biologique.” In Sciences de La Vie, Sciences de l’information, edited by T. Gaudin, D. Lacroix, M.-C. Maurel, and J.-C. Pomerol, 233–38. Paris: ISTE-Editions. https://www.istegroup.com/fr/produit/sciences-de-la-vie-sciences-de-linformation/
    Manuscript Citation Publisher Full text

Filter by year to see more publications.