Jump to main content

Contents tagged “measurement”

There are 3 contents with the tag “measurement”:

  1. Le sens des formes en biologie

    Le sens des formes en biologie

    Biomorphisme


    Dans l’interface entre biologie et mathématiques, les formes et les processus de morphogenèse sont souvent étudiées pour eux-mêmes. Nous pensons que cette manière de procéder est insuffisante pour capturer le sens biologique de ces formes. La biologie comporte des spécificités qui se manifestent...

    Abstract

    Dans l’interface entre biologie et mathématiques, les formes et les processus de morphogenèse sont souvent étudiées pour eux-mêmes. Nous pensons que cette manière de procéder est insuffisante pour capturer le sens biologique de ces formes. La biologie comporte des spécificités qui se manifestent tant sur le plan philosophique que sur celui des principes théoriques : en particulier, tout processus biologique tel qu’un processus de morphogenèse ou une régulation physiologique (i) s’inscrit dans l’évolution et dans une histoire naturelle et (ii) s’intègre dans un organisme dont il dépend et auquel il participe. Nous aborderons alors le sens des formes biologiques à l’aune de ces principes, tant au niveau de la théorie qu’au niveau de la compréhension de l’accès expérimental aux objets biologiques.

    Citation
    Montévil, Maël. n.d. “Le Sens Des Formes En Biologie.” In Biomorphisme. NAIMA
    Manuscript Citation Full text
  2. The Identity of Organisms in Scientific Practice: Integrating Historical and Relational Conceptions

    The Identity of Organisms in Scientific Practice: Integrating Historical and Relational Conceptions

    Frontiers in Physiology


    We address the identity of biological organisms in scientific practices by combining relational and historical conceptions, and introduce a new symbol for that.

    Abstract

    We address the identity of biological organisms at play in experimental and modeling practices. We first examine the central tenets of two general conceptions, and we assess their respective strengths and weaknesses. The historical conception, on the one hand, characterizes organisms’ identity by looking at their past, and specifically at their genealogical connection with a common ancestor. The relational conception, on the other hand, interprets organisms’ identity by referring to a set of distinctive relations between their parts, and between the organism and its environment. While the historical and relational conceptions are understood as opposed and conflicting, we submit that they are also fundamentally complementary. Accordingly, we put forward a hybrid conception, in which historical and relational (and more specifically, organizational) aspects of organisms’ identity sustain and justify each other. Moreover, we argue that organisms’ identity is not only hybrid but also bounded, insofar as the compliance with specific identity criteria tends to vanish as time passes, especially across generations. We spell out the core conceptual framework of this conception, and we outline an original formal representation. We contend that the hybrid and bounded conception of organisms’ identity suits the epistemological needs of biological practices, particularly with regards to the generalization and reproducibility of experimental results, and the integration of mathematical models with experiments.

  3. Temps biologique et transitions critiques étendues - Vers une objectivation de l’état vivant de la matière

    Temps biologique et transitions critiques étendues - Vers une objectivation de l’état vivant de la matière


    Cette thèse se place dans le contexte d’une démarche théorique en biologie, s’inspirant, sans toutefois s’y réduire, des méthodes d’objectivation utilisées en physique. Pour cela, nous rapportons les possibles symétries et invariants biologiques sous forme de “lois d’échelles” empiriques (allométrie...

    Abstract

    Cette thèse se place dans le contexte d’une démarche théorique en biologie, s’inspirant, sans toutefois s’y réduire, des méthodes d’objectivation utilisées en physique. Pour cela, nous rapportons les possibles symétries et invariants biologiques sous forme de “lois d’échelles” empiriques (allométrie et fractales en particulier), ainsi que la variabilité associée. Nous abordons ensuite plusieurs aspects du temps biologique. Nous considérons une dimension temporelle supplémentaire, correspondant à l’autonomie de certains rythmes biologiques. Nous développons aussi une approche de la protension, comme principe d’organisation locale de la temporalité biologique.
    La notion de symétrie ayant un statut fondationel pour les théories physiques, nous interrogeons ensuite leur rôles en biologie. Partant de la notion de criticité étendue, nous proposons que la dynamique du vivant soit régie par une omniprésence des changements de symétries, constituant dès lors une historicité irréductible et conférant un statut théorique particulier à l’object et à la mesure en biologie. Nous appréhendons aussi la notion d’anti-entropie comme mesure d’un potentiel de variabilité.
    Nous nous intéressons ensuite à la question des niveaux d’organisation, par deux voies complémentaires. Nous l’abordons dans un premier temps par la notion de clôture organisationnelle. Ensuite nous la considérons comme associée à des singularités fortes, telles que dans les situations critiques. Enfin, nous esquissons un schème opératoriel de l’unité de l’organisme, qui combine un grand nombre des aspects préalablement exposés.

    Keywords: criticité, symmétries, historicité, variabilité, temps biologique, organisme, mesure, renormalisation

See all tags.